Carnets Jurassiens

Les Carnets Jurassiens s’intéressent à la vie économique, politique, sociale, culturelle et environnementale du Jura d’abord, de la Franche-Comté ensuite - plus loin encore si nécessaire !
Accueil du site > Portraits > Le mythe de Narcisse…
  • Calendrier
«novembre 2017»
lun.mar.mer.jeu.ven.sam.dim.
12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930

Aujourd'hui lundi 11 dcembre 2017

  • Infos
  • Dernière modification :
    Le samedi 9 décembre 2017
  • Statistiques contenus :
    Articles : 399 -  Brèves : 7
    Sites : 2 -  Auteurs : 17
  • Statistiques visites :
    Aujourd'hui : 725 -  Total : 520278
  • Article

Patouillard, éminent mycologue

Le mythe de Narcisse…

Le dimanche 12 novembre 2017, par Gustave Roux

Si comme son homonyme, Narcisse Patouillard était mort en contemplant son reflet dans une source, c’est un champignon qui aurait pris place sur la berge.

Cet éminent mycologue Français, né le 2 juillet 1858 à Macornay (39), au sein d’une famille de cultivateurs, se prend de passion pour les sciences naturelles dès sa dixième année. Il collectionne ainsi déjà une multitude d’insecte, de plantes et de minéraux.

En 1872, il effectue un stage à Bletterans (Jura), qui lui permet d’intégrer le Laboratoire des Hautes Études du Muséum d’Histoire Naturelle. Entouré de grands botanistes, sa passion pour les champignons pousse vigoureusement.

Un ouvrage de référence récompensé par l’Académie des Sciences

En 1884, après un cursus scolaire pour le moins atypique, Narcisse Patouillard fonde la Société Mycologique de France, avec l’aide de quinze autres pharmaciens. Il en devient le 3ème président après Quelet et Bodier.

S’ensuit la réception du prix Montagne, en 1885, décerné par l’Académie des Sciences, et récompensant son ouvrage : « Tabulae Analitycae Fungorum : descriptions et analyses microscopiques des champignons nouveaux, rares ou critiques. »

Harvard lui tire son chapeau !

Son œuvre scientifique, pourtant conséquente, est sous-estimée en France où les pouvoirs publics, les académies ou autres facs de pharmacie, n’y attachent guère d’importance. Jusqu’en 1905 où l’université d’Harvard décide d’obtenir une partie de son herbier. ! Apparemment gage de qualité, cette acquisition pousse le Muséum à intégrer le reste dans son herbier général.

Les champignons, eux, ne sont pas ingrats et lui rendent le plus bel hommage qui soit pour un mycologue : les taxons* réalisés par Patouillard sont encore d’actualité, plus d’un siècle après leur création ( !!), preuve d’une pertinence incontestable et visionnaire.

*Un taxon est une entité d’êtres vivants regroupés parce qu’ils possèdent des caractères en commun du fait de leur parenté, et permet ainsi de classifier le vivant à travers la systématique.

  • Il n'y a aucune image...
  • Il n'y a aucun document...
  • Il n'y a aucun mot-clé...
  • Il n'y a aucun commentaire...
Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP | Mgs MGS